Le mot de France Guillain – Septembre 2014

Un trésor entre nos mains!

1951. J’avais neuf ans. Accroupie sur le sable au milieu de l’immense Océan Pacifique, je scrutais du regard l’horizon. Le bateau allait-il apparaître? Le bateau venu de la France avait parcouru 20 000 km, en 45 jours. La moitié du tour du monde, jusqu’à Tahiti. Le bateau qui m’apportait mon premier globe terrestre.
Sur ce globe, entre mes mains d’enfant, notre île, avec ses montagnes de plus de deux mille mètres, avait exactement la taille d’un grain de sable.
Je rêvais d’être grand poisson et oiseau du large pour partir, partir!
L’école était le seul lien avec le reste du monde. On y apprenait les misères, les guerres, mais aussi toutes les grandes découvertes, de l’autre côté de la terre, ces pays où les gens marchent la tête en bas!
Alors, à neuf ans, j’ai dit à mon père: un jour je trouverai quelque chose qui sera bon pour l’humanité. Mon père me répondit: tout a déjà été inventé, il n’y a plus rien à trouver. Mais, obstinée, j’ai répondu: ça ne fait rien, j’irai au pays des grandes inventions et je trouverai.

2014. Je n’ai rien inventé. Ou plutôt si, car étymologiquement, inventer signifie mettre au jour, découvrir, sortir de l’ombre, mettre en lumière.

Pendant 17 ans, sur des voiliers, je suis devenue à la fois poisson et oiseau, dans l’eau et hors de l’eau.
C’est en parcourant le monde avec mes bébés, mes enfants, que j’ai découvert ce que chacun de nous tient entre ses mains et que personne ne peut nous ravir, personne ne peut nous voler: le bonheur de partager les connaissances qui nous aident à vivre mieux, gratuitement.
J’ai donc récolté tout autour du monde cet enseignement millénaire que la science confirme depuis 2008 et que j’ai dû, pour que mes propos ne soient pas abusivement déformés, nommer La Méthode France Guillain.
Aujourd’hui, je contemple toujours ce globe terrestre entre mes mains, avec ses misères et ses guerres, avec ses immenses espaces d’eau et de terres inhabitées. Et je suis absolument certaine, comme à neuf ans, que chaque personne peut prendre entre ses mains ce trésor, cette connaissance si simple: comment manger, comment vivre en se faisant du bien. Et que plus on le partage, plus la part de chacun se trouve agrandie.
France Guillain

LES NOUVELLES DATES DU CALENDRIER SEPTEMBRE-DECEMBRE 2014